Christine LOMBEZ

est professeur de littérature comparée à l'Université de Nantes et membre senior de l'Institut universitaire de France (promotion 2014). Elle est auteur de Philippe Jaccottet poète et traducteur de Rilke et de Hölderlin (Artois Presses Université, Collection « Traductologie », 2003), de La Traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du XIXe siècle. Réception et interaction poétique (Niemeyer, 2009), de Wer, wenn ich schriee, hörte mich... ? Rilke, la première Elégie (Presses universitaires de Bordeaux, 2014), ainsi que de nombreux autres travaux (articles et direction d'ouvrages - dernière publication en date : Traduire en langue française en 1830, Artois Presses Université, Collection « Traductologie », 2012) sur la poésie (anglaise, allemande, néo-hellénique), l'écriture bilingue, la traduction et les transferts culturels en Europe aux XIXe et XXe siècles, les rapports entre idéologie politique et pratique de la traduction en temps de guerre. Elle a codirigé avec Yves Chevrel (Paris IV Sorbonne) et Lieven D'hulst (Louvain) dans le cadre du projet ANR « Histoire des Traductions » (2009-2013) le volume XIXe siècle de l'Histoire des Traductions en Langue Française (Verdier, 2012).

Albrecht BETZ

 
chercheur en lettres allemandes et en histoire des idées, a enseigné aux universités Paris III et Paris VII. Ancien directeur de recherche à l'université Paris VIII et professeur invité à l'université de Montréal (UdM), il fut professeur au département d'allemand de l'université d'Aix-la-Chapelle. Ses recherches sont axées sur le problème de la médiation entre esthétique et politique. Son étude Exil et engagement. Les intellectuels allemands et la France, 1933-1940 (Gallimard, 1991) a obtenu le Prix de l'Assemblée Nationale. Il a publié, en tant qu'auteur ou codirecteur, des études sur Heinrich Heine et sur Le Pathos français. En 2004, il a publié (avec S. Martens) Les intellectuels et l'Occupation 1940-1944. Collaborer, partir, résister, Autrement.

Agnès CALLU

ancienne élève de l'École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l'Institut national du Patrimoine (INP), docteur en histoire contemporaine de l'IEP/Sciences Po-Paris (thèse publiée sur le philosophe nietzschéen Gaëtan Picon, Prix Chaix d'Est Ange), habilitée à diriger des recherches (HDR) à l'École pratique des hautes études (EPHE) (dossier d'habilitation intitulé « Culture, Médias et Patrimoines : enjeux contemporains »), est historienne, chercheur permanent au CNRS (Institut d'histoire du temps présent, IHTP) et chercheur associé à Sciences Po (Centre d'Histoire de Sciences Po, CHSP), chargé de conférences à l'EPHE.

Michaela ENDERLE-RISTORI

agrégée d'allemand, est maître de conférences en littérature allemande à l'Institut d'Etudes germaniques de l'Université François-Rabelais de Tours et membre l'équipe « Interactions culturelles et discursives » (ICD). Elle enseigne la littérature germanophone du XIXe au XXIe siècle, notamment dans le cadre du Master franco-allemand « Discours et pratiques des médiations culturelles » (Tours/Bochum). Ses recherches et publications portent sur la littérature allemande au XXe siècle, sur les transferts culturels et la traduction culturelle, dont Traduire l'exil - Das Exil übersetzen. Textes, identités et histoire dans l'espace franco-allemand (1933-1945), Presses Universitaires François-Rabelais, 2012 ; Migration, exil et traduction - Migration, Exil und Übersetzung. Espaces francophone et germanophone XVIIIe-XXe siècles (avec B. Banoun et S. Le Moël), Presses Universitaires François-Rabelais, 2011 ; Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch vol. 25 : Übersetzung als transkultureller Prozess. Hrsg. im Auftrag der Gesellschaft für Exilforschung, Munich, éd. text+kritik, 2007.

Sylvie HUMBERT-MOUGIN

ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature comparée à l'Université François-Rabelais de Tours et membre de l'équipe « Interactions culturelles et discursives » (ICD). Ses travaux portent sur l'histoire de la réception des théâtres antiques (XIXe-XXe siècles) et plus particulièrement sur les questions de traduction et d'histoire de la philologie.Elle a notamment publié Dionysos revisité. Les tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel (Belin, « L'Antiquité au présent », 2003), Le Théâtre antique entre France et Allemagne (XIXe-XXe siècles) : de la traduction à la mise en scène (Presses Universitaires François-Rabelais, « Traductions dans l'Histoire », 2012, en collaboration avec Claire Lechevalier) ; elle a également dirigé le chapitre « Théâtre » du volume Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle (Verdier, 2012, sous la direction d'Yves Chevrel, Lieven D'hulst, Christine Lombez).

Hubert ROLAND

 
est maître de recherches du Fonds de la Recherche Scientifique-FNRS belge et professeur à l'Université catholique de Louvain (UCL). Il est boursier de la Fondation Alexander von Humboldt, a séjourné et enseigné aux universités de Marburg (1999-2001), de Münster (2009) et de La Réunion (2010). Ses centres d'intérêt principaux portent sur l'histoire des transferts culturels et littéraires franco-belgo-allemands, l'imagologie comparée, le réalisme magique/magischer Realismus dans la littérature allemande et européenne, et l'historiographie comparée des avant-gardes (guerre et littérature, primitivisme littéraire). Il est directeur de la collection « comparatisme et société » (P.I.E.-Peter Lang). Quelques publications : La colonie' littéraire allemande en Belgique 1914-1918, Bruxelles, Labor/Archives et Musée de la Littérature, 2003 ; Leben und Werk von Friedrich Markus Huebner (1886-1964). Vom Expressionismus zur Gleichschaltung, Münster [e.a.], Waxmann, 2009, co-direction avec Marnix Beyen & Greet Draye ; Deutschlandbilder in Belgien 1830-1940, Münster/New York (e.a.), Waxmann, 2011.

Alexis TAUTOU

 
diplômé des universités Bordeaux 3 et François-Rabelais (Tours), agrégé d'allemand (2006), est maître de conférences en langue et littérature germaniques à l'université Rennes 2. Il est l'auteur d'une thèse de doctorat sur les (re-)traductions et (re-)traducteurs de la poésie de Rainer Maria Rilke dans l'espace francophone, sous la direction de Bernard Banoun (Paris 4) et Irene Weber Henking (UNIL, Lausanne) [parution prévue aux Presses universitaires François-Rabelais]. Traducteur d'une sélection de textes parisiens de Kurt Tucholsky (Payot & Rivages, 2010), de chroniques et récits inédits de Joseph Roth (Cahiers de l'Herne, septembre 2015), du journal intime d'Alma Mahler-Werfel (Payot & Rivages, 2010), il est également lecteur de littérature germanique aux éditions du Seuil.

Pauline GIOCANTI (doctorante)

titulaire d'un Master en traduction spécialisée de l'École de Traduction et d'Interprétation (ETI) de Genève et d'une Licence en littérature et civilisation du monde anglophone de l'Université d'Aix-Marseille, est traductrice professionnelle depuis 2010. Son mémoire de Master intitulé « La culture dans la traduction : un obstacle franchi ou à franchir ? », sous la direction de Lance Hewson (Faculté de Traduction et d'Interprétation, Genève), lui a permis d'étudier la traduction des éléments culturels dans les textes littéraires, notamment à l'aide de critiques de traductions françaises de Dubliners de James Joyce. Elle est actuellement doctorante au sein du laboratoire l'AMo à l'Université de Nantes et sa thèse (co-financée par l'Université de Nantes et la Région Pays de la Loire), sous la direction de Christine Lombez dans le cadre du programme Tsocc, portera sur la traduction de la littérature anglo-saxonne en langue française pendant l'Occupation